"La voiture de papa", Marco Tullio Giordana

12/02/2020

Marco Tullio Giordana, c'est avant tout un metteur en scène que j'apprécie, dont j'aime le cinéma. C'est donc portée par cet intérêt à son travail que j'ai lu "La voiture de papa" : "Un médecin admiré, issu d'une riche famille milanaise, est rattrapé par sa jeunesse, des amitiés et des idéaux auxquels il a depuis longtemps renoncé. Avant de choisir la médecine, il avait milité, sans passion, presque par accident mais non sans conséquence, dans un groupe d'extrême gauche. Soudain ressurgissent deux fantômes de sa jeunesse : Mario, jadis naïf et généreux, devenu un terroriste recherché, et leur ancien chef dogmatique, désormais un juge féroce et manipulateur dans les procès contre le terrorisme."

Grande déception! Je ne sais pas si c'est dû à la traduction ou au style ampoulé de l'auteur, mais la lecture de l'ensemble est désagréable : phrases qui n'en finissent pas, emphase perpétuelle, il faut parfois revenir au début du paragraphe pour être sûr d'avoir bien tout suivi. La forme est donc pénible. Le fond est sans grand intérêt. L'éditeur nous promet "un superbe roman sur l'amitié et les illusions perdues". Malheureusement, la promesse est vaine. Il n'y a pas d'émotion dans ce livre, pas beaucoup d'amitié non plus, et les ficelles de l'intrigue sont un peu trop grosses pour qu'on y adhère.