Selinunte

Selinunte

Ancienne cité grecque, le site de Selinunte compte dix temples ou sanctuaires et peut être divisé en quatre grandes zones : l'acropole (5 temples et un mégaron), la colline orientale (3 temples, une nécropole et un musée), la colline de Manuzza au nord (la cité antique et une nécropole),  la colline de Gaggera à l'ouest (sanctuaire Demeter Malophoros, sanctuaire de Zeus Meilichios, le temple M, une nécropole et un musée).

Mercredi 24 juillet - En route pour l'un des plus grands sites archéologiques de la Méditérrannée, le Parco Archeologico di Selinunte. Après un petit peu plus d'une heure de route, nous arrivons à destination. Le parking gratuit se situe face à l'entrée du site. On y trouve quelques boutiques de souvenirs, il y a même (et c'est précieux) des toilettes gratuites (et propres!). Nous ignorons la location de voiturette de golf et l'option "petit train" pour faire le tour du vaste parc situé en bord de mer et nous attaquons la première zone : la colline orientale. Trois temples y étaient construits, et faute de savoir à quelles divinités ils étaient dédiés, les archéologues les ont dénommés selon les lettres de l'alphabet. Seul le temple E a pu être reconstitué. C'est le deuxième plus grand du site.

Il est presque midi et il n'y a pas grand monde, nous pouvons le photographier sous toutes les coutures.

Cliquer pour agrandir

Il est un peu diificile d'imaginer ce qu'étaient les autres temples, car il n'en reste pas grand-chose. Guy de Maupassant disait de Selinunte que c'était "un amas informe de pierres qui ne peut intéresser que les archéologues".

La deuxième zone se situe assez loin à pied de la colline orientale. Nous retournons au parking et en profitons pour pique-niquer avant de reprendre les voitures. 

L'Acropole (temple C) vue de la colline orientale 

Nous présentons nos billets à une gardienne pour accèder au deuxième parking. Il n'y a strictement personne, le site est pour nous. Nous passons un bon moment à nous balader dans l'Acropole, où l'on trouve la trace de nombreux temples et commerces. 

Le chemin pour rejoindre l'Acropole

Cliquer pour agrandir

Le parc archéologique est vraiment très grand et pendant que François et Emmanuel continuent leur exploration, avec Marie-Claude nous préférons les attendre tranquillement installées devant le temple C, le plus ancien parmi ceux de l'AcropoleNous n'allons pas jusqu'aux collines de Manuzza et Gaggera, assez éloignées. 

Le site vu par un drone

Il est complétement fascinant de se promener dans les ruines d'une cité antique. Un peu d'histoire s'impose avant de partir pour Mazara del vallo

Selinunte a été fondée au milieu du VIIe siècle par les colons de Megara Hyblaea, coincés entre Catane et Syracuse, qui souhaitaient s'établir plus à l'ouest. Entre 600 et 400 ans avant JC, la cité a vécu une période économique particulièrement prospère. Ce qui n'était pas sans attirer les jalousies de Ségeste, la ville rivale, qui s'allia avec Carthage pour faire tomber Selinunte. La ville fut assiégée pendant 9 jours par 100 000 cathaginois, 16 000 habitants furent tués et les autres réduits en esclavage. Partiellement détruite, Selinunte ne retrouva jamais sa prospérité et sa splendeur passées. Oubliée, détruite par les tremblements de terre, ce n'est qu'au XIXe siècle que les vestiges commencèrent à intéresser les archéologues.

Reconstitution de Selinunte

La visite vaut vraiment la peine quand on aime l'histoire. Après une petite halte réparatrice à l'ombre des lauriers roses, nous reprenons la route de Mazara del vallo.

Page précédente : Trapani -Page suivante : Mazara del Vallo